sabato 24 dicembre 2011

ORDO FRATRUM MINORUM                                                 Kolwezi, le 24 déc. 2011
Conférence  Franciscaine Africaine





MECA  n. 1/2011



Message du Fr. Marcel Tshikez, à tous les Frères ofm de la Conférence Franciscaine Africaine


Chers Frères,

 Pace e bene !

En cette fin d’année 2011 et à l’occasion de la fête de la Nativité, je vous souhaite une joyeuse fête et un heureux nouvel An 2012. Que l’Enfant Jésus naisse dans nos cœurs et nous ouvre à l’amour du Père. Je souhaite que cette année 2012 soit une année de nouveauté au niveau de notre Conférence franciscaine africaine dans le secteur des Missions et l’Evangélisation.
 Je salue avec joie tous les Missionnaires de notre Ordre qui ont laissé leurs Entités respectives pour aller annoncer le Christ Jésus ailleurs à la manière de St François d’Assise.  Je leur souhaite une bonne continuité et une bonne persévérance dans les multiples difficultés qu’ils rencontrent au service de l’annonce de l’Evangile. Je salue et encourage d’une manière particulière les Frères africains qui n’ont pas résisté à l’appel du Christ pour aller en mission ad gentes. L’heure est venue où l’Afrique est appelée à « restituer le don de l’Evangile »[1] par l’annonce de la Bonne Nouvelle en Afrique et dans le monde entier ; l’heure est venue où doit se réaliser et se réalise de plus en plus l’appel prophétique de Paul VI qui, s’adressant aux africains en 1969  en Ouganda dira: «  Vous êtes vos propres missionnaires ».   

Puisque nous sommes tous appelés à être «  porteurs du don de l’Evangile » [2], je salue aussi tous les frères qui œuvrent dans d’autres endroits de  la vigne du Seigneur  (missio inter gentes): dans la pastorale paroissiale, pastorale de l’éducation, pastorale des malades, des immigrés, des enfants abandonnés, des vieillards, des sinistrés des catastrophes naturelles, des victimes des guerres, des viols  etc. Que ces frères qui se montrent ainsi compatissants envers les pauvres  rencontrent la prière de St François au Père : «  Que nous  aimions nos proches comme nous-mêmes en attirant tous les hommes à ton amour selon nos forces, en nous réjouissant du bien des autres comme du nôtre et en compatissant à leurs maux »[3].

Je salue et souhaite la paix aux frères qui vivent des moments difficiles dus aux enjeux politiques de l’heure, de manière particulière nos frères d’Egypte. Je leur prie de croire que nous sommes avec eux, nous parlons d’eux dans nos Fraternités, et souffrons ensemble avec eux en entendant ce qu’ils endurent comme peine ensemble avec les autres chrétiens coptes. Qu’ils se sentent soutenus et proches de nous et qu’ils continuent à témoigner du Christ, malgré les multiples peines et obstacles qu’ils rencontrent en ayant toujours à cœur les paroles de Notre Seigneur «Heureux serez-vous, lorsqu'on vous insultera, qu'on vous persécutera, et qu'on dira faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi.  Réjouissez-vous et soyez dans l'allégresse, parce que votre récompense est grande dans les cieux; car c'est ainsi qu'ils ont persécuté les prophètes qui ont été avant vous » ( Mt 5, 11). Je pense aussi de la même manière à tous nos frères vivant  en Côte d’Ivoire,  au Madagascar, au Soudan, en Lybie,  en RD Congo etc.  ayant traversé des moments difficiles ou continuant encore à les traverser. Qu’ils se sentent portés  par toute la Fraternité africaine.

Chers Frères,

Nous sommes sans ignorer qu’une tempête nouvelle souffle sur notre continent, cette tempête bouleverse les politiques des nos pays et  fait bouger toute l’Afrique. On parle du « Printemps arabe », mais  c’est le même vent qui souffle comme il veut  sur toute l’Afrique en prenant diverses formes selon les pays.  Il nous faut lire « les signes du temps » et les temps des signes nouveaux pour être des éclaireurs du peuple afin qu’au milieu de ce Kaïros, nous puissions conserver notre identité franciscaine. Jésus n’a-t-il pas dit aux foules: " Quand vous voyez un nuage s'élever au couchant, vous dites aussitôt: " La pluie vient, " et cela arrive ainsi.  Et quand vous voyez souffler le vent du midi, vous dites: " Il fera chaud, " et cela arrive. Hypocrites, vous savez reconnaître l'aspect de la terre et du ciel; comment ne reconnaissez-vous pas ce temps-ci? ( Lc 12, 54-56). L’Afrique est sous les douleurs de l’enfantement d’un ordre nouveau à tous les niveaux : spirituel, économique, politique et social. Il nous faut ouvrir l’œil et orienter le peuple de Dieu  sur le bon chemin en faisant rayonner l’Evangile du Christ dans nos vies en tant que « porteurs du don de l’Evangile »[4].

 «A chaque époque de l’histoire, particulièrement dans les moments de profonds changements et transformations, L’Eglise est appelée à s’interroger au sujet de sa mission et des modalités de cette mission »[5]. Dans sa lettre adressée aux Ministres provinciaux et custodes d’Afrique,  Fr. José Rogriguez Carballo dit clairement  que  «  les temps que nous vivons exigent de nous un travail constant et une concentration sur l’essentiel » . Dans ce contexte, les provinciaux et custodes  d’Afrique,  à cette réunion de Pretoria ont estimé qu’il est important de réfléchir sur notre identité franciscaine en Afrique. Le rendez-vous pour cette réflexion a été pris pour l’année 2012 dans la Province de la Sainte Famille en Egypte.  Espérons que la paix y revienne !

 Par ailleurs, du 01 au 04 juin 2011, les différents Secrétaires chargés des Missions et Evangélisation qui se sont réunis à Lomé au Togo au sein de la Conférence africaine, ont beaucoup réfléchi sur l’unité dans l’action au niveau de la Conférence africaine. Du 07 au 16 février 2012, l’Ordre, dans son secteur du Conseil International pour les Missions et Evangélisation ( CIME), va se réunir au Maroc ; une autre opportunité pour que nous puissions tracer des chemins nouveaux pour les missions et l’Evangélisation ; et du 23 au 30  juin 2012, les différents secrétariats  des Missions et Evangélisation de notre Conférence vont se réunir au Congo Brazza  ensemble avec les membres du Secrétariat Général des ME ( Rome),  pour réfléchir sur les réalités de notre mission et évangélisation en Afrique. Toutes ces rencontres, sont des signes d’un souffle frais d’espérance pour un avenir meilleur quelles que soient les tempêtes  de l’heure.  Je souhaite que les réflexions qui sortiront de ces rencontres puissent nous aider à orienter notre mode d’être en tant que frères mineurs d’Afrique vivant un kaïros nouveau en ce début du XXIème siècle.

Chers Frères, 

 Cette tempête qui souffle sur l’Afrique affecte non seulement les systèmes politiques mais aussi la foi des enfants de Dieu qui sont dans la barque qu’est l’Eglise. Les guerres  qui éclatent par ci par là, enferment les peuples dans une spirale des  violences et des haines interminables, car la violence appelle toujours la violence. Rappelons avec le Ministre Général que  «  Si la guerre divise et crée l’affrontement, François découvre la mission comme chemin de rencontre, et le missionnaire comme instrument de paix »[6]. Au milieu de cette tempête, il nous faut ramer, sans lâcher prise, il nous faut croire que le Christ est bien présent dans cette barque comme il l’a été dans la barque avec ses disciples  (Mc 4, 35-41) et surtout être solidaires les uns les autres.  Pour réussir cette traversée, pour «  passer de l’autre coté de la rive »   (Mt 4, 35), nous avons besoin de l’unité dans la foi et la confiance en Jésus, nous avons besoin de la cohésion dans nos actions, nous avons besoin de nous parler, de communiquer entre nous partageant ainsi nos joies et nos peines.

C’est ainsi que je souhaite, chers frères, qu’au cours de cette nouvelle année 2012, nous puissions mettre en œuvre toutes les propositions adaptées à Lomé 2011,  en particulier notre détermination de cheminer main dans la main. Nous nous sommes promis de nous partager les nouvelles de nos Entités, mais hélas la mise en pratique est restée nulle.

 Je vous prie frères de faire en sorte que chaque Entité ait  ce souci de partager les expériences vécues, les sessions de formations, les séminaires tenues, les événements importants avec toute la Conférence. Nous avons notre blog (www.ofmafrique.blogspot.com) qui n’est pas fourni. Par manque d’articles, nous n’arrivons pas à lancer un nouveau numéro du Bulletin d’informations souhaité par les Ministres Provinciaux  et custodes au niveau de notre Conférence ; pourtant « Dans presque toutes les Entités, on utilise l’Internet pour une communication rapide et économique »[7] mais hélas on reste enfermés sur soi dans sa propre Entité. «  Se communiquer, c’est avant tout donner, se donner, faire participer d’autres personnes à quelque chose qui m’est propre et, en même temps, se disposer à recevoir quelque chose de l’autre. La vraie communication n’est jamais un mouvement unidirectionnel, mais il est circulaire, mutuel et interactif. C’est pourquoi l’identité est modelée par la communication, et tout comportement est communication »[8]

                                                                   L’heure actuelle n’est plus l’heure de nous isoler. « pour affronter l’avenir,  il faudra renforcer et appuyer  la culture de la collaboration, en créant de nouveaux espaces pour une collaboration fraternelle dans les Conférences, entre diverses Entités et au sein de la Fraternité universelle »[9].  Dans le même sens,  dans sa lettre adressée  à la Conférence des Ministres et Custodes d’Afrique,   le Ministre Général dit aux Africains que « le présent et l’avenir, bien plus encore, nous demande de travailler ensemble, de cheminer ensemble, de réfléchir ensemble, de prendre des décisions ensemble. C’est la finalité du travail des Conférences, en tant que structures intermédiaires entre les provinces, les Custodies et la Curies générale »[10]

Chers frères,

C’est en travaillant ensemble que nous pouvons donner un nouveau visage à notre Eglise d’Afrique et au franciscanisme en Afrique. Je souhaite qu’il y ait une cohésion entre les frères qui travaillent dans la Formation et les Etudes et ceux qui travaillent dans la Mission et Evangélisation, la pastorale de l’Education, Justice Paix et Intégrité de la Création, et les Frères et sœurs du tiers Ordre.

                                                                  Que tous soient un, tel est le souhait et la prière du Christ à son Père (Jn 17, 21). Que la collaboration au niveau de la Famille franciscaine ne soit pas seulement théorique, mais concrète. Que ceux qui ont des responsabilités sur les groupes franciscains  
(Provinciaux et Provinciales, Animateurs de l’Ofs, Secrétaires des Missions et Evangélisation, Animateurs des missions, Secrétaires des formations, Animateurs des commissions de Justice, Paix et Intégrité de la Création, Dialogue œcuménique etc.) définissent de façon concrète des modalités de collaboration : passons de la vie en commun à la vie en communion, travaillons main dans la main.

L’avenir s’annonce pour l’Afrique avec des grandes promesses mais aussi avec des grands défis sur tous les plans. Que les défis qui se posent dans les secteurs où nous travaillons directement puissent être affrontés  et levés et l’Afrique petit à petit changera de visage. Cela dépend de chacun de nous en tant qu’individu et en tant que Communauté.

Bonne fête de Noël !
Bonne et heureuse année 2012

Fait à Kolwezi ( RD Congo)
Le 24 déc. 2011

Fr. Marcel Tshikez, ofm
Secrétaire de la Conférence Franciscaine africaine
pour les Missions et l’Evangélisation



[1] Cfr. Porteurs du don de l’Evangile (document final du Chap. Gen. 2009).
[2] Cfr. Porteurs  du don de l’Evangile (document final du Chap. Gen. 2009).
[3] St François d’Assise, Notre Père paraphrasé.
[4] Cfr. Porteur du don de l’Evangile (document final du Chap. Gen. 2009).
[5] Rapport du Ministre Général (RMG)  au Chapitre d’Assise 2009.  n° 178.
[6] RMG n° 179.
[7] RMG n° 122. 
[8] RMG n° 123.
[9] RMG n° 127.
[10] Fr. José Rogriguez Carballo, lettre adressée  à la Conférence des Ministres et Custodes d’Afrique, réunis à Pretoria du 01 au 04 mars 2011.

Nessun commento:

Posta un commento